A la maison

Il y a donc un an et un jour, je partais de chez moi. Vol Paris / Bangalore
Hier je suis rentré chez moi. Vol Bangkok / Bangalore

Retrouvé Bangalore, son chaos, ses embouteillages dans la poussière brune, les petits déjeuners épicés et les trombes d’eau qui se déclenchent entre 20h et 20h10 tous les soirs.
Retrouvés également les coupures d’électricité, les klaxons continus, et le Soleil matinal qui vous enveloppe doucement.
Les cinq sens, bien sollicités pendant ces quelques jours ‘à l’étranger’ se repositionnent et se réhabituent à la vie normale.

De retour aussi dans un pays au sein duquel la violence politique et militaire, au Cashmere notamment, se mesure à celle des éléments naturels. La semaine dernière, la rivière Kosi, dans le nord du Bihar, a rompu ses digues. Deux millions d’indiens sont sans abri et les autorités n’arrivent pas à compter le nombre de morts.
Comme à l’habitude, personne n’en parle ici. Cette sensibilité ou insensibilité à laquelle je n’arrive pas à me faire, et que je ne parviens pas à comprendre, est probablement la plus difficile partie du retour.

On attend tous, avec impatience cette fois-ci, les beaux jours de la rentrée de Septembre / octobre qui marqueront la fin de la mousson et qui rapporteront ici le Soleil qui va filer de la vielle Europe vers l’Inde.

Au dessus de l’Iran
Le monde est injuste