Chrysalide et papillon de nuit

Deuxième jour a Goa. J’ai eu du mal a reconnaitre la plage tant tout a change. Des paillotes ont poussées partout et le sable est occupe par des centaines de transats en bois sur lesquels grillent paresseusement des russes et des européens blancs (pour ceux qui arrivent) et écrevisse pour les autres.
L’eau est toujours aussi agréable et les restaux offrent a ceux qui viennent tot un parfum de “before” plutôt étonnant.
Je vous raconterai plus en rentrant, pas facile d’écrire depuis son tel.

plage

Au dessus de l’Iran
Le monde est injuste