Comportements professionnels des indiens

8h15 à Bangalore

Derrière la tasse de café brulant, la porte donne sur les branches du cocotier qui paresseusement envahissent la terrasse.
Le Soleil revient timidement ces jours-ci et la ville se réveille cahin caha de cette longue période pluvieuse.
Eu hier soit un diner d’équipe.
Au bureau, j’essaye d’apporter sans l’imposer, une vision plus européenne du management.
Pas de cris, pas d’ordres intempestifs, et une responsabilisation de chacun des membres que j’encadre.
Depuis 14 mois, je crois avoir eu un taux de renouvèlement ou turn over de 90% . J’ai donc pu voir une pléiade de comportements, même si venant des trois meilleurs collèges de Bangalore, il existe tout de même un socle commun à l’éducation de “mes” juniors.

Il y a le soumis. Celui qui n’a jamais arrêté de m’appeler “sir”. Qui courbait la tête à chacune de mes intervention. Et à qui j’ai demandé un jour s’il comprenait ce qu’il faisait. A sa réponse négative, je lui ai demandé pourquoi il agissait. Sa réponse a été simple. Parce que je lui demandais.
Il y a le prétentieux. Celui qui dit toujours oui, d’un air respectueux. Mais qui jamais, jamais ne fait ce qu’on lui dit. Quelque soit le ton employé. Ce personnage représente pour moi l’archétype de ce en quoi j’ai cru pouvoir définir les Indiens à mon arrivée. Et 14 mois de présence ici m’ont totalement amené à penser le contraire.
Il y a le “dedicated”. C’est celui là qui dans un futur proche ou lointain, dirigera l’Inde. Je suis frappé par sa Noblesse. Le genre de personne qui connait son travail sur le bout des doigts.
Il va diner puis revient au bureau pour finir, uniquement car il lui serait inconcevable de laisser tomber ses collègues, même s’il est payé une misère et, ce qui est insensé dans ce dernier cas, sans aucune vision carriériste de son emploi. Travailler ici est un passage.
La majorité des gens qui travaillent en effet dans mon agence sont “fresher”, c’est à dire juste sortis de l’équivalent du lycée. Ils n’ont pas du tout l’intention d’évoluer plus tard dans le (merveilleux) monde de la Communication (avec un C majuscule 🙂 ). Il veulent pour la plupart travailler un peu, puis continuer des études aussi diverses que la littérature, l’économie ou les mathématiques.Mais quelque soit leur futur, le travail d’aujourd’hui doit être fait. Et bien fait.

On croyait que les indiens pouvaient subtiliser les emplois européens de par leur habilité à parler anglais, et grâce à leur culture tentée d’Europe.Il me semble que le paramètre le plus important a été oublié.Celui d’une furieuse envie de réussite.

Au dessus de l’Iran
Le monde est injuste