Dussehra festival

Le dieu Rama, septième incarnation du dieu Vishnu, a gagné.
Le démon Ravan qui avait enlevé sa femme Sita est détruit, anéanti.
Son armée de singes et son jeune frère Lakshman ont livré un combat prodigieux. L’armée du démon aux dix têtes est en déroute, et Rama met le feu au Lanka (aujourd’hui Sri Lanka), pays de son puissant ennemi.
Puis il se remet en route avec ses compagnons vers son pays. Il y arrivera de nuit, pour ce qui deviendra Diwali.
Le Nord de l’Inde fêtait hier jeudi cette victoire.

rama

                        Rama et sa femme Sita

Et l’Inde étant un pays extraordinaire, le Sud fêtait lui, la victoire de la déesse Durga (la mère de Ganesh), qui vainquit le démon Mahishasura, fils d’un buffle et du roi des démons.
La lutte se passa là où s’élève aujourd’hui la ville de Mysore.

durga
Ces deux batailles, si elles diffèrent dans leur déroulement, représentent, vous l’avez deviné, la victoire du Bien sur le Mal.
Le chemin initiatique s’achève dans deux semaines lors de la fête la plus importante pour l’Inde entière, Diwali ou la fête de la lumière.

Dussehra, dérivé du nombre dix, Das (en Hindi) ou Dasha (en Sanskrit), est le dernier des dix jours qui célèbrent trois déesses, période connue sous le nom de Navaratri.

Les neufs premiers jours sont divisés en trois
La première partie est dédiée à la prière de Durga, pour qu’elle lave les fidèles de leurs vices et défauts.
Les trois jours suivants dont ceux de Lakshmi qui doit donner une paix spirituelle.
Les trois derniers sont dédiés à la troisième figure du Triumvirat des déesses; Saraswati. Elle apporte la Connaissance.Et le dixième jour, lors de Vijaya Dasami, les idoles sont plongées dans l’eau.

Hier, dans Bangalore, près du lac Ulsoor, je suis passé devant une dizaines de camions en convoi transportant chacun une centaine de jeunes indiens qui, frénétiquement, chantaient et criaient.
A l’avant, une procession dansait au rythme électrique des tambours indiens, procession dont les membres étaient recouverts de peintures de toutes les couleurs, un peu comme durant Holì (dont j’avais parlé ici).
Encore plus loin devant, sur un camion perdu dans un nuage bleuté d’encens, trônait la statue de Durga.
Durga ressemble à première vue à Shiva par ces nombreux bras. Elle est, à l’instar de cette dernière, l’archétype de la déesse guerrière, et chacun de ces mains enfermait les armes les plus terribles des autres dieux. C’est avec le trident du dieu Rudra qu’elle pu tuer Mahishasura.

Un peu plus tard quelques pétard éclatent dans les rues d’une ville que la bonne humeur, la joie et le mélange incroyable des couleurs rendent attachante, acceuillante, et par dessus tout, vivante.

Au dessus de l’Iran
Le monde est injuste