Quand le travail ne tient qu’à un fil

Nos amis bangalori construisent un métro et en creusant un trou (il n’y en avait pas assez dans la chaussée) ils sont tombés sur les câbles internet.

Au lieu de s’arrêter, ils ont continué et donc, plus de net, l’agence paralysée et tout prend du retard…
Qui a dit que les délocalisations étaient toujours sources d’économie ?
Suite au prochain numéro et merci monsieur BlackBerry de me permette de bloguer depuis mon tel.

Incredibeule india

Je suis sur ma terrasse, ayant capté un petit bout de réseau du voisin. L’art de la débrouillardise…

Au dessus de l’Iran
Le monde est injuste