Au point sec et à l’eau

Comme à chaque fois que je me rapproche d’un retour (même provisoire et bref) dans le pays de l’os à moelle, des vins couleur rubis, de la famille et des retrouvailles amicales, je suis sec.
Point de mots qui se bousculent pour sortir vite de mes doigts et se répandre sur le clavier, pas de phrases qui s’entrechoquent ni de virgules beaucoup trop nombreuses qu’il faudra par la suite éliminer.
Je dois, à ce propos, vous avouer, chers lecteurs, que j’ai un véritable problème avec ces virgules.
Elles s’immiscent partout, et, à sur dose, provoquent sur le lectorat nombreux et fidèle une sur-oxygénation du cerveau, qui à son tour, prend la fuite. Chacun sait que la fuite des cerveaux est une préoccupation majeure sur de nombreux points.
Donc donc, point de lettres, point de virgules, et point de point.
C’est tout.

On verra donc demain, je me remets au travail pour la grandeur et la splendeur de mon agence bien aimée…

Au dessus de l’Iran
Le monde est injuste