Vi-aïe-pi

Depuis quelques temps, je commence à être sur les listings des dj et autres organisateurs de soirées à Bangalore. Pour ceux qui s’étonnent du passage de l’état quelque peu casanier parisien à clubber bangalori, et bien, ils n’ont qu’à venir ici pour voir et ils comprendront.

taika.gifHier soir, donc, réouvrait un des restaurants / boite les plus connus de Bangalore, le Taika.
Situé au centre de la ville (Church street pour ceux qui cherchent), c’était auparavant un restaurant (plutôt bon) séparé par une vitre d’une boite de nuit, moitié techno moitié années 80.
Mais la loi anti dancing est passée par là et désormais le resto est intégré à la boite de nuit, si ce n’est le contraire. Et en fonction de la force législative, l’espace peut être modulé.

Je n’ai pas pris de photo hier, et c’est bien dommage
Imaginez vous si les Bains à Panam ré-ouvraient. Le tout Paris ferait le pied de grue pour atteindre les open bars. Et bien hier, la branchitude bangalorie était là.
Des filles taille mannequin (enfin !) et de jeunes indiens habillés comme les boys bands des années 90 buvaient et parlaient très fort, tachant de se donner une contenance et une certaine importance (ou une importance certaine, comme vous voulez).
Pas mal d’expatriés, notamment de français, mais pas autant que je l’avais imaginé.
Et beaucoup de tête qui sont maintenant connues, à force de les croiser aux brunchs et autres soirées du vendredi.

Bien, cela dit, la boite ferme à 23h30, même si l’on murmure dans les journaux et les conversations qu’une loi est entrain de passer pour étendre l’autorisation à une heure du matin… Bangalore deviendrait elle noctambulement vivable ?

Au dessus de l’Iran
Le monde est injuste