J-19: De la legerté de celui qui s’en va

Une drole de sensation ces jours derniers. Un peu comme un étranger au coeur d’une ville qu’il croyait connaitre, un peu comme un photographe caché derriere son objectif.

Je tache de regarder Paris avec un oeil attentif. Capturer, emagasiner les lumieres, les gens, les ambiances. Non pas que ce soit une nostalgie en prévision du départ, non, ca surement pas. 31 ans dans la meme ville, dans le meme quartier, ca donne une furieuse envie de partir. Juste de quoi conserver en moi un peu de Paris et un peu de vous tous pour faire ressortir mieux encore les merveilles que je vais découvrir la bas.
Trois heures de rangement hier soir. Quatre poubelles jetées pleines d’affaires que je n’utiliserai plus. J’ai joué au “qu’emporterais-tu si tu partais sur une ile déserte?”. Ce que je laisse ici; ma famille, les amis et mes chers livres, c’est mon ile deserte. Le reste est à jeter pour faire de la place à ce que je rapporterai bientot.

J’entends déja les appels du bateau qui m’emmene vers le nouveau continent.

Vivement le départ !

Et Carla dans tout ça ?
Outsourcing ou World Sourcing ?