Le Café Chinois à Frazer Town

Voila typiquement le genre d’adresse qu’on hésite à divulguer
En parler et voir plus de monde venir ou taire son existence et rester un privilégié ?
Mais j’ai promis au grand chef d’en parler, alors voila quelques mots à l’adresse des expatriés à Bangalore.

Dans le quartier de Frazer Town, près de Masque road, le Café Chinois vient d’ouvrir.
Un restaurant chinois à Bangalore avec un nom français… Mettons cela sur le compte de la mondialisation, en marche même dans le domaine gastronomique..

Le chef et patron, Rahul, acceuille ses visiteurs avec beaucoup de gentillesse
C’est un indien qui a fait ses classes à Montreux et à Lausanne et qui s’est installé il y a peu à Bangalore.
Les gens d’ici étant plus sensibles à la cuisine chinoise que française, nous a-t-il dit, il s’est tourné vers la cuisine asiatique.

L’endroit est propre et moderne, à l’image de certains restaurants asiatiques modernes en Europe (voir près de Bastille Le Wok ou la chaine de ramen restaurants à Londres); tables en bois noir et grandes affiches de gens dévorants des bols de nouilles.

Le menu est le même que celui utilisé pour la livraison à domicile, mais cet endroit, à l’instar des restaurants de quartier, a la particularité d’avoir une carte “extensible” si vous parlez avec le patron.

Et hier soir, mes amis, une polka pour les papilles et un rock pour le palais.
On commence par des momos, bouchées à la vapeur, qui arrivent avec une sauce pimentée beige, mais qui, oh bonheur, ne tue pas le gout des dumplings.
S’en suit une salade de crevettes grillées et bien chaudes, posées sur de la salade verte (un miracle ici), qui elle même recouvre des vermicelles asiatiques croquants et assaisonnés comme il le faut.
Le patron a jeté négligemment quelques graines de sésame blancs qui ajoute une texture supplémentaire à ce joli plat.

Le plat principal arrive, vraiment bien présenté. C’est une des marques de fabrique de l’endroit, et, depuis mon arrivée, c’est une des premières fois que je prends mon temps pour attaquer…
Donc, donc, de toutes petites côtelettes d’agneau bien saisies et nappées d’une sauce au soja un peu relevée, juste ce qu’il faut.
Le tout est accompagné d’un riz coloré et de légumes à peine cuits à la vapeur et qui littéralement explosent lorsqu’on les dévore.

La salade de fruits frais, qui clôt ce diner, est construite comme un mille feuilles dont la base est ornée de melons découpés en pétales, de morceaux de fraises, de grains de raisin et d’un trait de sauce chocolat en travers de l’assiette…

Addition; environ 350 roupies par personne, soit au cours du jour 5 euros et 84 centimes…

Au dessus de l’Iran
Le monde est injuste