Les castes en Inde: disparition ou adaptation ?

Lors de mes quelques retours parisiens, une question revient immanquablement, c’est celle de la perception des castes ici en Inde.

Petit retour wikipédien pour commencer

L’origine du mot caste, est à mettre au crédit des portugais, qui, à Goa, désignaient, les indiens refusant de se mêler aux métis, et les nommaient les casta, ceux qui ont le sang pur.
Un des extraits du Rig Deva, texte sacré de l’hindouisme, assimile les castes aux parties du corps :
« Qu’est-il advenu de son visage (ou de bouche) (de l’esprit cosmique) ? Qu’est-il advenu de ses deux bras ? Qu’est-il advenu de ses deux cuisses ? De que (les produits) les deux pieds se sont-ils appelés ? De son visage (ou de la bouche) sont venus les brahmanas. De ses deux bras est venu le rajanya (les kshatriyas). De ses deux cuisses sont venus les vaishyas. De ses deux pieds sont venus les shudras. »

On a donc, dans la société indienne, quatre castes :

les brâhmanes (brāhmaṇa, ब्राह्मण, lié au sacré), prêtres, enseignants et professeurs ;
les kshatriyas (kṣatriya, क्षत्रिय, qui a le pouvoir temporel, aussi – râjanya), roi, princes, administrateurs et soldats ;
les vaisyas (vaiśya, वैश्य, lié au clan, aussi – ârya), artisans, commerçants, hommes d’affaires, agriculteurs et bergers ;
les sudras (śūdra, शूद्र, serviteur), serviteurs.
Viennent s’ajouter à cette classification les Dalits ou intouchables, qui effectuent les travaux les plus “dégradants” aux yeux des autres castes.Voila pour les infos made in Wikipédia

Pour être complet, il faut préciser que de nombreux groupes sont dit “hors castes”; les membres de religions autres que l’hindouisme, et les étrangers.
Les sikhs offrent une exception intéressante puisque dans leur religion, le système de caste est prohibé alors qu’ils sont considérés comme le cœur de la caste des soldats..

Depuis 1947 et la constitution de l’Inde indépendante, le système des castes est aboli et il est illégal par exemple de demander à quiconque son origine. Il est aussi prohibé de proposer un travail en fonction d’une position sociale….
Mais nous sommes en Inde, et le système des quotas est très présent. Prenez l’exemple du Tamil Nadu, qui réserve une part importante des emplois aux basses castes, voit une grande partie des membres de “hautes” castes émigrer vers Bangalore à la recherche d’un travail.

Et comment ressent-on cette organisation ici ?

Et bien dans la rue, et autour de chez moi, elle est très visible, et presque toujours liée à la couleur de peau, plus la caste est basse, plus la peau est foncée, et n’y voyez aucune connotation raciste, c’est comme ça, c’est tout.
Pour ce qui est du bureau, j’avoue commencer tout juste, après quelques 10 mois, à me rendre compte de ce qu’il se passe.
Je suis dans un environnement, s’il n’est pas international dans les gens qui y travaillent l’est fortement par le compte dont nous nous occupons.
Jusque là, je n’avais rien ressenti, et puis, à force d’observer, on se rend compte de déférences ou du contraire, de certaines personnes envers d’autres. Ce n’est jamais violent, ni visible, juste sous-jacent.
Dans mon équipe, jusqu’à hier, j’avais trois membres de la caste des Brâhmanes, un catholique, un protestant deux étrangers et deux autres dont je ne connais pas encore la “positon sociale”. Et bien on observe ça et là quelques remarques, attitudes qui dénote de la position supérieure ou inférieure par rapport à l’interlocuteur.

En définitive, dans le type de société dans laquelle je travaille, le système des castes à été supplanté par une organisation toute aussi rigide, stricte et pyramidale, celle des managers / employés. Pas de remise en cause possible d’une décision prise à un niveau supérieur, et la promotion est rare, voire exceptionnelle.
Une seule solution, le turn over, la démission.Au moins avec ce système, il existe une porte de sortie, aisément empruntable..

Et vous, dans les autres entreprise en Inde, ça se passe comment ?

Au dessus de l’Iran
Le monde est injuste